Covid19-Douala : Un médecin tabassé par la famille d’une patiente décédée des suites de coronavirus

0 0

L’infortuné médecin, pris de peur, vit désormais confiné à son domicile, et dit vouloir porter plainte contre ses agresseurs

C’est pratiquement une scène peu habituelle qui s’est déroulée à l’hôpital Cebec de Bonaberi, nous sommes dans le 4e arrondissement de la ville Douala. Une famille d’une patiente décédée s’est faite justice elle-même.

Le médecin chef de l’hôpital Cebec de Bonaberi a été agressé par plusieurs membre d’une famille, qui lui reprochaient de ne pas avoir suffisamment pris soin d’une des leurs.

En effet, le 19 avril, plusieurs personnes ont fait brutalement irruption dans cet hôpital et ont violemment agressé le médecin chef, en contestant semble-t-il des conditions de prise en de leur malade qui a trouvé la mort.

« Cette patiente était agée de 62 ans. Elle n’a pas dit qu’elle venait pour un dépistage Covid-19. Nous l’avons reçu normalement comme tout malade pendant la garde. A ce moment, le médecin qui est de garde me dit qu’il vient de faire la ronde à l’hôpital et que cette femme présente tous les signes et tous les antécédants d’un Covid -19. Je lui dis donc de faire tout ce qu’il faut, puisqu’à ce moment là, je me trouvais à l’hôpital pour des formalités administratives car nous venions de suivre une formation de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé, NDLR) sur la prévention et contrôle des infections et tous les hôpitaux doivent se préparer à appuyer ces malades», a raconté le médecin agressé au micro de nos confrères de Canal 2 International.

Ce médecin chef, frappé au corps et au visage, et qui fait actuellement l’objet des jours d’incapacité temporaire poursuit son récit «Au moment de remettre le certificat de décès à la famille, j’ai été pris à partie par une cohorte de personnes. Il y avait les gens de la famille et des inconnus. J’ai été roué de coups, mis au sol et mes habits déchirés, j’étais nu. La famille m’accusait d’avoir tué leur maman», n’excluant pas de poursuivre dans les tribunaux ses agresseurs.

L’hôpital a condamné avec la plus grande fermeté cette agression, et a déploré qu’un tel déferlement de violence puisse avoir lieu au moment où les efforts des personnels soignants sont conjugués pour endiguer la propagation du Covid19

Cet article est apparu en premier sur 237 ACTU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.