Au Maroc, le coronavirus fait monter le ton entre le patronat et les banques – Jeune Afrique

0 0

Othman Benjelloun est le PDG de BMCE Bank of Africa et président du GPBM. © Hassan Ouazzani pour J.A.

Par courriers interposés, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) se sont mutuellement reprochés de ne pas être la « hauteur », alors que la crise sanitaire ébranle le monde des affaires.


Les prochaines réunions du Comité de veille économique au Maroc s’annonces tendues. En cause ? La querelle qui a éclaté fin mars entre Chakib Alj, président du patronat marocain, et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) présidé par Othman Benjelloun (par ailleurs, président du conseil d’administration de BMCE Bank Of Africa).

Aux origines de la polémique, un courrier du 27 mars, envoyé par Chakib Alj, qui s’est ému que « l’écrasante majorité des entreprises marocaines ont baissé drastiquement leur activité ou sont carrément à l’arrêt », craignant « un effet domino » sur la quasi-totalité des secteurs.

L’entrepreneur a certes salué sur le « principe » les mesures annoncées par les banques marocaines pour alimenter les entreprises en « fonds de roulement », mais a dénoncé « des écarts et des situations en décalage avec ces principes » qui, s’ils n’étaient rattrapés pourraient ‘être fatal(s) à de très nombreuses entreprises, pourtant aptes à retrouver leur rythme de croisière après cette crise’.

Abonné(e) au magazine papier ?
Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital
pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.