Coronavirus : pourquoi les bourses africaines doivent rester ouvertes – Jeune Afrique

0 0

Bourse de Casablanca. © Alexandre Dupeyron pour Jeune Afrique

Alors que les Philippines et le Sri Lanka ont suspendu les négociations boursières en raison de l’épidémie de coronavirus, investisseurs et analystes mettent en garde contre les effets qu’aurait une telle décision pour les marchés africains.


Depuis la multiplication des cas de coronavirus à l’échelle mondiale, la baisse des cours s’est généralisée, touchant toutes les places financières et tous les secteurs, et deux pays émergents – les Philippines et le Sri Lanka – ont déjà annoncé la fermeture de leur place boursière respective.

Fabian de Beer, directeur des investissements chez Mergence Investment Managers au Cap, met en garde contre la duplication de cette mesure sur le continent : « Dans des contextes de crise, il est tentant de prendre des mesures fortes comme celle-ci. Mais le risque est que cela signale en fait une panique de la part des autorités, ce qui aggrave la peur. »

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.