Est de la RDC : faute de moyens financiers, le sommet des chefs d’État des Grands Lacs à nouveau reporté – Jeune Afrique

0 0

Félix Tshisekedi, lors de sa visite à Bunia, dans l'est de la RDC, le 2 juillet 2019.

Félix Tshisekedi, lors de sa visite à Bunia, dans l’est de la RDC, le 2 juillet 2019. © DR / Présidence de la République RDC

Le sommet des chefs d’État des pays signataires de l’accord cadre d’Addis-Abeba, prévu lundi prochain, a de nouveau été reporté. Raison avancée : le manque de moyens financiers.


L’évènement devait se tenir lundi 24 février au Palais du Peuple, à Kinshasa. Les chefs d’État des douze pays signataires de l’accord-cadre d’Addis-Abeba, en 2013, devaient se retrouver dans la capitale congolaise pour faire le point sur « la consolidation de la paix dans la région ».

Signé le 24 février 2013, un peu plus de trois mois après la prise de Goma par les rebelles du M23, cet accord cadre devait favoriser le dialogue entre la RDC et ses voisins en vue d’en finir avec la crise sécuritaire qui meurtrit l’est du pays depuis plusieurs décennies. Finalement, le sommet n’aura pas lieu.

Manque de moyens

Déjà reporté en octobre dernier, il a de nouveau été repoussé sine die. « Nous confirmerons la nouvelle date d’ici la fin de cette semaine », a précisé à Jeune Afrique Claude Ibalanky, coordonnateur du mécanisme national de suivi de l’accord cadre d’Addis-Abeba.

La décision a été prise lundi par les autorités congolaises, à l’issue d’une réunion présidée par le conseiller spécial du chef de l’État en matière de sécurité, François Beya, à laquelle participaient les représentants des différentes structures engagées dans l’organisation du sommet. Raison avancée de ce nouveau report : « Impossibilité technique suite au manque des moyens financiers. »

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.