Inde: Biryani, des fonds étrangers conduisant les incultes aux rassemblements de la CAA: le président du Bengale du Bengale, Dilip Ghosh | India News

0 5

KOLKATA: Bengal BJP Président Dilip Ghosh a suscité une nouvelle controverse samedi en fouillant les «personnes sans instruction, ignorantes et pauvres» qui sont «payées et nourries avec des biryani avec des fonds étrangers» pour avoir poursuivi les manifestations contre la loi sur la citoyenneté (amendement). Le commentaire de Ghosh a suscité des critiques acerbes de la part de TMC.
Parlant du rôle du parti au pouvoir au Bengale et des autres partis de l'opposition dans les manifestations anti-CAA, Ghosh a déclaré: «Le parti au pouvoir (du Bengale) et d'autres sont descendus dans la rue mais ils n'ont pas le soutien du public. Certains sans instruction, ignorants, pauvres gens ont été attirés avec de l'argent et sont nourris de biryani avec des fonds étrangers pour continuer les manifestations », a-t-il déclaré.
Trinamool senior et ministre parlementaire d'État Partha Chatterjee a déclaré Ghosh a pris le récit politique du Bengale à un nouveau creux. «Est-ce ainsi que doit parler un chef de parti? Les gens sont les meilleurs juges. Mais je crois que le leader du BJP vise délibérément une communauté particulière à des fins politiques étroites », a déclaré Chatterjee. Ghosh avait fait des commentaires offensants similaires plus tôt, affirmant que 50 lakh musulmans seraient chassés du pays.
Samedi, expliquant le récit du cirque de Shaheen Bagh-Park, le Bengal BJP Le président a souligné comment ils sont devenus la destination incontournable pour ceux qui s'opposent au mouvement de la NDA. «Park Circus est devenu un lieu incontournable pour Brinda Karat et Chidambaram. Ils ne veulent pas s'adresser aux autres. Seules les femmes vêtues de burqa avec des enfants sur leurs genoux sont leur seule audience », a-t-il ajouté.
Ghosh n’a pas non plus épargné des intellectuels et des étudiants participant aux manifestations Shaheen Bagh à Delhi à Park Circus à Kolkata. «Ces gens écrivent des poèmes, demandant aux gens de ne pas montrer de papiers. Mais vous avez vu lors des scrutins de l'assemblée de Delhi comment les manifestants ont flashé leur carte d'électeur », a-t-il déclaré.

Cet article est apparu en premier (en Anglais) sur THE TIMES OF INDIA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.