Ernest Obama réagit à son agression à Paris et dénonce le mutisme du Mincom

0 0

Le journaliste Ernest Obama a réagi à l’attaque dont il a été victime le 13 février dernier à Paris, orchestrée par la Brigade Antisardinards.

Ernest Obama (c) Droits réservés

Ce dimanche 16 février 2020, sur le plateau de Club d’Élites, programme dominical dont il est le présentateur, Ernest Obama s’est exprimé sur l’attaque dont il a été la cible : « Nous avons pris des mesures. Une plainte a été déposée par notre collègue, Guy Ekoala, qui n’est pas Camerounais, il est Belge, et donc ressortissant de l’Union européenne. Une plainte a également été déposée par l’hôtel, et nos avocats ont été mis à contribution pour suivre l’affaire. Les policiers nous ont informé que jusque-là, aucune plainte n’avait été déposé, en dehors des casses de l’ambassade. Les autres attaques au-delà de l’ambassade n’avait pas de plainte. Mais cette fois-ci, une plainte a été déposée. Je pense que d’ici la fin de la semaine prochaine, on en saura un peu plus », a-t-il introduit.

Plus de détails dans le journal L’Anecdote, parution de lundi 17 février 2020

Dans le prolongement de son argumentaire, l’ancien Directeur de la chaine de télévision Vision4, a annoncé une sortie plus obèse dans les colonnes du trihebdomadaire L’Anecdote : « demain dans le journal L’Anecdote, on revient sur les détails de ce qui a été fait, et ce qui a été dit, ainsi que les premières réactions… ».

Ernest Obama n’a pas manqué de dire sa reconnaissance à quelques personnes qui lui ont témoigné leurs soutiens et dénonce dans la foulée, le silence du Ministère de la Communication, et d’autres organes en charge de défendre les droits des journalistes : « On remercie certains qui nous ont apporté leurs soutiens. Le président du syndicat des journalistes, Cabral Libii, le ministre Momo… Mais on note le mutisme du ministère en charge de la Communication face à cette attaque d’un journaliste à Paris. Le Mincom est resté muet, le Conseil national est resté muet, Reporter sans Frontières est resté muet alors que lorsque c’est au Cameroun qu’un journaliste est interpelé on voit des réactions qui pleuvent ».

Un silence complice du Mincom ?

Pour conclure, Ernest Obama s’interroge et rassure : « Peut-on parler mutisme ou de complicité ? Dans tous les cas, le Groupe L’Anecdote prendra des mesures qu’il faut pour se défendre ».  


Newsletter :
Déjà plus de 5000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Cet article est apparu en premier sur https://www.lebledparle.com/societe/1111653-cameroun-ernest-obama-reagit-a-son-agression-a-paris-et-denonce-le-mutisme-du-mincom

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.