Mali : l’ex-putschiste Amadou Sanogo sort par la petite porte – JeuneAfrique.com

0 60

En détention provisoire depuis plus de six ans, l’ancien putschiste malien Amadou Haya Sanogo a été remis en liberté. Sans que la lumière ait été faite sur la mort de 21 « bérets rouges », en 2012.


Amadou Haya Sanogo est libre. Officiellement, il est en « liberté provisoire » et attend son procès. Mais, dans les faits, aucune mesure de contrôle judiciaire n’a été mise en place à l’encontre de ce militaire malien de 48 ans accusé d’avoir joué un rôle dans l’assassinat de vingt et un « bérets rouges » en 2012. Quant à son procès, aura-t-il jamais lieu ?

En répondant favorablement, le 28 janvier, à la demande de libération provisoire des avocats d’Amadou Haya Sanogo, la chambre d’accusation de la cour d’appel de Bamako n’a fait que dire le droit : au Mali, la durée maximale d’une détention provisoire est fixée à trois ans. Celle du fantasque Sanogo, qui aimait à se comparer au général de Gaulle et au commandant Massoud, durait depuis plus de six ans. Le maintenir en résidence surveillée à Sélingué, dans la région de Sikasso, devenait injustifiable.

Implications politiques

Quartier général du capitaine Amadou Sanogo à Kati, en mars 2012.

Quartier général du capitaine Amadou Sanogo à Kati, en mars 2012. © Emmanuel Daou Bakary

Patriote pour les uns, putschiste pour les autres, Sanogo a toujours clamé son innocence

Au-delà du domaine juridique, cette affaire a surtout de fortes implications politiques. L’homme a en effet conservé une certaine aura dans l’armée, et l’actuel ministre de la Défense, le général Ibrahima Dahirou Dembélé, figurait parmi ses coaccusés. La décision de la justice devrait donc aider à maintenir la cohésion au sein des troupes, dans un contexte sécuritaire marqué par la multiplication des attaques jihadistes et des conflits intercommunautaires.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.