[Édito] Algérie : quand Macron brise enfin les tabous – JeuneAfrique.com

0 282

En faisant un parallèle entre les « défis mémoriels » que constituent la guerre d’Algérie, pour lui, et la Shoah, pour Jacques Chirac en 1995, Emmanuel Macron a déclenché l’ire de ceux qui, en France, n’ont toujours pas fait le deuil de l’époque coloniale. Il a eu le courage, au moment où l’Algérie change et s’ouvre, de s’attaquer à un tabou.


« Je suis très lucide sur les défis mémoriels que j’ai devant moi, et qui sont politiques. La guerre d’Algérie est sans doute le plus dramatique d’entre eux. Je le sais depuis ma campagne. Ce défi est, je pense, du même ordre que celui auquel Jacques Chirac fit face, en 1995, en condamnant le rôle des autorités françaises de l’époque dans la Shoah. » Que n’avait pas dit là Emmanuel Macron !

Droite et extrême droite françaises, qui, à l’évidence, n’ont toujours pas fait leur deuil de l’époque coloniale, lui sont alors tombés dessus. À bras raccourcis. Comment osait-il comparer les braves soldats français qui combattirent en Afrique du Nord aux bourreaux nazis, ces monstres de la pire espèce ? Décidément, ce Macron était un traître et un renégat. En 2017, lors de la visite qu’il fit à Alger pendant sa campagne présidentielle, n’avait-il pas déjà insulté le drapeau en qualifiant la colonisation de « crime contre l’humanité » ?

Prendre de la hauteur

Le président français a pourtant mille fois raison. Et il manifeste même, en l’occurrence, un indéniable courage.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.