Afreximbank, la Banque africaine de l’import-export, tend la perche aux PME camerounaises

143


Afreximbank, la Banque africaine de l’import-export, tend la perche aux PME camerounaises

(Investir au Cameroun) – Que ce soit à Douala ou Yaoundé, les deux principales métropoles du Cameroun où Afreximbank se présente à la communauté d’affaires depuis le 10 décembre, les promoteurs des petites et moyennes entreprises (PME) n’avaient qu’une seule question aux lèvres : comment accéder aux financements dans un contexte de conditionnalités draconiennes imposées par les banques commerciales ?

Plusieurs entrepreneurs ont raconté chacun sa petite mésaventure avec les banques classiques. « J’avais reçu une commande d’un partenaire étranger pour livrer du cacao rouge camerounais très apprécié au Japon. Mais, malgré ma lettre de crédit, la banque n’a pas pu me financer pour exécuter ma commande parce qu’estimant que je ne présente pas assez de garanties », a, par exemple, indique Elissan Mbang Ekotou, PDG d’une entreprise exportatrice de cacao. À sa suite, beaucoup d’autres ont exposé toutes leurs difficultés à bénéficier de financements auprès des banques.

René Awambeng, représentant du président d’Afreximbank, a alors expliqué à l’assistance que, certes, l’institution ne finance pas directement les PME, mais il existe un mécanisme qui a été trouvé pour pallier la situation. « Si une PME veut un financement, nous lui conseillons de se diriger vers l’African Guarantee Fund avec qui nous pouvons partager le risque. L’African Guarantee Fund peut apporter des garanties de 5 millions d’euros [environ 3,2 milliards de FCFA] », a indiqué M. Awambeng.

À sa suite, Fatma Bao, responsable de l’unité des garanties et des financements spécialisés au sein de la banque africaine, a indiqué qu’au plan local, Afreximbank travaille déjà en tandem avec un établissement comme Afriland First Bank qui est son agent. À cet effet, les PME peuvent s’adresser à cette banque camerounaise qui étudie le projet à financer et peut par la suite solliciter l’intervention de la banque d’import-export, dans le cadre du partage des risques.

SA

LIRE LA SUITE ICI

Les commentaires sont fermés.