RDC : au moins 50 morts dans le déraillement d’un train dans le Tanganyika – JeuneAfrique.com

Le train impliqué dans un déraillement meurtrier en RDC, en 2007 (archive / Illustration). © JOHN BOMPENGO/AP/SIPA

Une nouvelle catastrophe ferroviaire a fait au moins 50 morts, en très grande majorité des passagers clandestins d’un train de marchandise dans le sud-est de la RDC.

Selon plusieurs témoignages, le bilan provisoire officiel pourrait être encore s’alourdir. Des témoins joints par la presse ont en effet évoqué un possible bilan d’une centaine de morts. « Encore une catastrophe. Déraillement à 3 h du matin dans le Tanganyika aux environs de la localité Mayibaridi. Bilan provisoire : 50 morts et plusieurs blessés », a écrit sur Twitter le ministre des Affaires humanitaires, Steve Mbikayi, évoquant « une réunion en cours pour des dispositions à prendre ». Le ministre a ajouté qu’il comptait se rendre sur place vendredi.

« Deux wagons se sont couchés »

« Il s’agit d’un train de marchandises qui partait de Nyunzu vers la gare de Nyemba. Deux wagons se sont couchés », a déclaré le président de l’intersyndical de la Société nationale des chemins de fer (SNCC), Victor Umba.

« Ceux qui sont morts dans ce déraillement sont des clandestins. Il est impossible pour la SNCC de fournir un bilan quelconque. Notre DG est déjà à Kalemie (la capitale provinciale) pour voir comment relever les wagons couchés. Il semblerait que beaucoup de clandestins sont coincés sous les wagons déraillés », a ajouté cette source jointe par téléphone.

Les déraillements de train de marchandises sont fréquents en RDC, où ils sont pris d’assaut par des passagers clandestins, faute d’autres moyens de transports. Comme toutes de nombreuses entreprises entreprises publiques, la société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) est au bord de la faillite. Son ancien directeur général, Sylvestre Ilunga, est le Premier ministre du gouvernement de coalition des forces du président Tshisekedi et de son prédécesseur Joseph Kabila.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE