Des soutiens pour l’offre de dialogue du Président Paul Biya

Le Président de la République a annoncé la tenue du dialogue national sans exclusive. Une annonce salué par l’ensemble des acteurs politiques du Cameroun.

 

Fort de la dégradation du climat sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le Président de la République a annoncé un grand dialogue national sans exclusive dès la fin de ce mois de septembre 2019. Les lieux, les dates et certains détails n’ont pas été donnés mais les débats seront coordonnés par le Premier Ministre, Joseph Dion Ngute.

Cardinal Christian Tumi

« Je suis satisfait du discours de Paul Biya. Bien avant le discours, j’ai dit à quelqu’un que si le président ne convoque pas cette rencontre nationale. Ceci pour prendre en main le problème du Cameroun anglophone, il n’aura rien dit. »

L’homme de Dieu parle de sa contribution sur le sujet. « Nous avons déjà analysé la situation. Nous donnerons ce que nous avons étudié au premier ministre, qui va présider cette rencontre. Nous avons une étude de 400 pages. Nous avons interviewé près de 1000 personnes »

« Si on juge que je peux contribuer à quelque chose dans cette commission, je suis disponible ».

 

Serge Espoir Matomba

“Le discours de M. Biya hier soir est bien le signe qu’il suit nos différentes sorties. Il n’a peut-être pas accordé la grâce présidentielle que nous demandons depuis des mois pour les leaders inculpés dans la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, (toute chose que nous regrettons), mais les axes de solutions énoncées ce soir proviennent du projet de société du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale. Cette adresse de M. Biya pourrait être un début de solution en espérant que la grande palabre se déroulera dans la sincérité. Quand il s’agit d’acte républicain, le PURS s’inscrit au premier rang de la construction de la cohésion sociale.

Un pays ne peut se bâtir dans le chaos, d’ailleurs les conséquences économiques de cette crise se font ressentir sur l’ensemble des activités que nous menons.

Quelque soit la durée d’un conflit, le retour à la paix passe par le dialogue, c’est un fait. Nous prendrons part au dialogue.

 

Shanda Tonme

« Plus que la main tendue, c’est un tournant important, à la fois pour notre présent et pour notre futur. Rien ni aucun obstacle, ne doit se dresser sur le chemin de cette initiative aux implications immenses, tant l’allocution a été complète, sincère et profonde dans tous les sens du terme.

Nous devons, individuellement et collectivement, saluer la démarche du chef de l’Etat, et aller au dialogue sans aucune réserve.

C’est autour de la table du dialogue, que chacun, livrera, pour l’histoire et pour la postérité, ses sentiments effectifs, fera connaître ses observations, indiquera ses conditionnalités et contribuera pour l’avancement de notre pays. »

 

Danielle Mouadoume B.

Cet article est apparu en premier sur http://www.crtv.cm/2019/09/des-soutiens-pour-loffre-de-dialogue-du-president-paul-biya/