Monsieur le ministre, « manges et tais-toi »

Figurant à la conférence de presse du gouvernement, dont l’animatrice principale devrait être la ministre des Infrastructures et de l’équipement, Mme Traoré Seynabou Diop, Oumar Hamadoun Dicko aurait ravi la vedette sur les réseaux sociaux à tous ses collègues par ses propos incendiaires. Naviguant à contre-courant de l’apaisement que ses collègues prônent, le ministre du Dialogue social s’est comporté comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Se définissant comme un « pompier », il suggère la fermeté voire la cravache pour faire taire les contestations.

À la jeunesse de Tombouctou, il dit : « mettez balle à terre ». « Nous demandons aux gens de Tombouctou de savoir raison garder, aux gens de Gao, de savoir raison garder », prévient-il. Pour qui se prend-t-il lui qui aux côtés de Soumi s’est agité durant plus d’un an pour rendre le pays ingouvernable avant d’entrer au gouvernement. Pour la recadrer, les Facebookeurs n’ont pas pris de gants espérant que l’opposant baveur et gaffeur remuera désormais 7 fois sa langue avant de débiter des « baga-baga » qui ne sont plus de mise. Quand certains lui trouve des circonstances atténuantes, d’autres n’hésitent pas à le mettre en garde : « manges, et tais-toi ». Voici le Facebookan du jour :

Ciwara Tièfaring : qui est-il, lui-là ?
Ammy Baba Cissé : Oumar Hamadoun Dicko, qui était dans le directoire de Soumaila Cisse et qui a participé à toutes les grandes marches du pays.

Abba Abba : Il doit aussi ajouter (aux gens de Tombouctou et de Gao, les gens de) Douentza et toute la bande que la route traverse. D’ailleurs, les populations riveraines de la route ne se manifestent pas. On construira une route qui les ignore en reliant Bamako-Gao.

Hamadoun Cissé : Et aux gens de Douentza, (les gens) de Mondoro, de Bamba, de Diankabou. Partout, il n’y a pas de routes.

Lanzeni Traoré : Pompier wa ! Ok, des flammes sont en cours cher pompier.

Nouhoum Konaté : Pas forcément ! Le dialogue social n’est pas seulement une action postérieure, son efficacité réside d’ailleurs s’il est mené antérieurement.

Moussa Goita : quand il était à l’opposition, il ne savait pas ça.

Kadhafi Diakité : Pourtant, ces revendications sont très mal organisées souvent avec des leaders qui ne jouent qu’au sensationnel sur les réseaux sociaux.

Abdoulaye Samoura : Il devrait remuer sa langue 7 fois avant de parler sinon, il va aggraver la plaie.

Abdoulaye Niang : Quand un ministre de la république estime qu’il joue au pompier, il doit indiquer le pyromane. On plaisante trop dans ce pays !

Oumar Bass : Oui, mais un État doit savoir ce qu’il doit faire.

Sory De Motti Haidara : Ehhhh, lui qui marchait pour la chute même du régime ? Allahou Akhbar ! A ye a ta ye ! Dja dja tagnini de toun ye mogotchiaman ta ye koye !

Yeli EL Cavaliéro : Si tu étais à l’opposition, tu allais nous dire que c’était possible que c’est juste un manque de volonté ou d’anticipation de l’État. Il faut assumer monsieur ! On vous connaît !

Bréhima Mamadou Koné : Il faut parler Dicko. Quand un ex-marcheur de la crise post-électorale dans les rues de la capitale lance une telle phrase, on doit vraiment s’interroger. Tchiè diaga diaga quand on est dans le gouvernement, le langage change complètement !

Aboubacar Bagayoko : Jour ne s’appelle pas jour vraiment. En 4 mois, il a changé de langues.

Malick Konaté: Xalaye
Edouard Keita : Non ! C’est bon. Ne parle plus. Honte au ministre !

Yanogué Poutine Amadou : T’as écouté Tiébilé également qui disait il y a 4 mois que cet accord est le papier de la partition de l’État. Mais (aujourd’hui) il dit que nous, nous sommes trop négatifs, car l’accord a beaucoup d’avancées ?

Da Vid : Est-ce qu’on a besoin de revendiquer pour que le gouvernement fasse son p….. de travail ? Ce pays-là me fait honte jour après jour. Faut que nous prenions les choses en main.

Toumany Sissoko : une simple question est-ce que c’est lui-même qui dit ça ?

Moussa Kondo : qui a affaibli l’autorité de l’État ? Ceux qui détournent les fonds destinés à construire les routes ou ceux qui revendiquent la construction des routes ? Drôle non ?

Djiguiba Daoud : Mais si l’autorité est injuste et ment parfois elle s’affaiblit elle-même.

Simpara Sidy Mohamed : Oui, ça c’est vrai, mais aucun pays ne ment tout le temps à sa population et avoir sa confiance. C’est le mensonge qui est votre problème.

Oumar Barou Coulibaly : Si vous voyez que les choses se sont dégénérées ensemble c’est parce que vous n’avez pas pu satisfaire les populations étape par étape et tous les travaux du développement étaient arrêtés. Vous ne faisiez que vous enrichir seulement.

Source: info-matin.

Cet article est apparu en premier sur http://bamada.net/monsieur-le-ministre-manges-et-tais-toi