Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, se réjouit de l’annonce d’un dialogue national au Cameroun



(Investir au Cameroun) – L’information a été donnée par Stéphane Dujarric, le porte-parole du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU). « Le secrétaire général (António Guterres NDLR) se réjouit de l’annonce faite aujourd’hui (10 septembre 2019 NDLR) par le président Paul Biya sur le lancement d’un processus de dialogue national au Cameroun. Il encourage le gouvernement camerounais à veiller à ce que le processus soit inclusif et réponde aux défis auxquels le pays est confronté », a-t-il déclaré. « Il a appelé toutes les parties prenantes camerounaises, y compris la diaspora, à participer à cet effort », a ajouté Stéphane Dujarric. « Le secrétaire général réitère la disponibilité des Nations unies à apporter son soutien au processus de dialogue », a conclu le porte-parole.

Le dialogue annoncé par Paul Biya à la fin de ce mois de septembre s’articulera autour des sujets suivants : le bilinguisme, la diversité culturelle et la cohésion sociale, la reconstruction et le développement des zones touchées par le conflit, le retour des réfugiés et des personnes déplacées, le système éducatif et judiciaire, la décentralisation et le développement local, la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants, le rôle de la diaspora dans le développement du pays, etc.

La crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest a commencé par des revendications corporatistes portées par des avocats et des enseignants. Plus tard, ces revendications ont fait l’objet de récupération par des séparatistes et des groupes armés qui ont instauré des villes mortes : pas d’école, pas de service publication, pas de commerce, etc.

Les affrontements entre les groupes armés et les forces de défense font rage depuis lors. Selon l’ONG International Crisis, ces affrontements ont déjà causé la mort de près de 2000 personnes. Entre temps, le haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés comptabilise 21 291 réfugiés camerounais au Nigeria du fait de cette crise et de centaines de milliers de déplacés internes.

S.A.

LIRE LA SUITE ICI