Inde: Le député EOW évoque le cas de Chidambaram pour contester la caution de Kuthiyala | Inde Nouvelles

BHOPAL: Madhya Pradesh EOW a évoqué le rejet de la caution anticipée accordée à l'ancien ministre de l'Union, P Chidambaram dans une affaire de de blanchiment d'argent dans sa réponse. à soumettre à la Cour suprême pour contester la demande de libération sous caution de BK Kuthiyala – ancien vice-chancelier de Makhanlal Chaturvedi Université nationale de journalisme et de communication de masse.
«Nous informons le tribunal que Kuthiyala ne coopère pas avec nos enquêtes. Nous citons également la référence de SLP 1340/2019 dans laquelle SC avait rejeté la demande de mise en liberté sous caution de Chidambaram dans le cadre d’une infraction économique. Le cas de Kuthiyla n’est pas différent, c’est-à-dire que sa caution devrait également être rejetée et que nous devrions être autorisés à l’arrêter », a déclaré K Tiwari, DG EOW. EOW transmettra sa réponse au CP jeudi.
Pendant ce temps, Kuthiyala a été interrogé mercredi pendant plus de cinq heures par les représentants de l'EOW. C'était sa deuxième visite. Après des convocations répétées pendant des mois, MK Kuthiyala avait comparu devant l'EOW pour la première fois vendredi pour enregistrer sa déclaration dans l'enquête sur des irrégularités présumées à l'institut au cours de son mandat.
Kuthiyala s'est présenté à l'EOW après avoir esquivé ses convocations pendant près de quatre mois pour diverses raisons, ont indiqué des sources.
En avril, EOW avait enregistré un FIR contre lui et 19 autres personnes, y compris des chefs de département de l'université de Makhanlal, pour de prétendues irrégularités dans les nominations et les problèmes financiers. Un cas a été enregistré sur la base d'un rapport d'un comité composé de trois membres, qui vérifiait le recrutement et d'autres affaires administratives pendant le mandat de Kuthiyala de 2010 à 2018.
Le FIR a déclaré que l'ex-VC avait ouvert plusieurs centres d'étude hors campus pour «bénéficier groupe de personnes “et qu'il” a utilisé son bureau pour supporter ses dépenses et celles de sa famille “. Les nominations effectuées entre 2010 et 2018 n'étaient pas conformes aux directives UGC et plusieurs «recrutements non qualifiés» ont eu lieu, indique le FIR. Kuthiyala a nié toutes les accusations.

Cet article est apparu en premier (en Anglais) sur THE TIMES OF INDIA