Football : imbroglio autour de la succession du sélectionneur de l’équipe de Guinée – JeuneAfrique.com

Les supporters du Syli national espèrent que ce (mauvais) feuilleton prendra fin rapidement. © Micheal Chea / Pixabay

Alors que l’ancien entraîneur du Syli national, Paul Put, a été limogé après avoir été accusé de racket sur ses joueurs, mi-juillet, son successeur n’a toujours pas été désigné. Aujourd’hui, 17 candidats sont en lice pour reprendre son poste.

Depuis que la Guinée a été sortie manu militari par l’Algérie (0-3) en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), les événements se bousculent au sein de la Fédération guinéenne de football (Feguifoot). Paul Put, le sélectionneur belge du Syli national, engagé 18 mois plus tôt pour un salaire mensuel de 30 000 euros, avait été limogé quelques jours après la défaite, avant d’être accusé par certains membres de la fédération d’avoir racketté des joueurs de la sélection nationale.

Put, qui a formellement nié ces accusations, a été condamné par la commission d’éthique de l’instance à une amende de 100 000 euros, assortie d’une interdiction d’exercer à vie dans le football guinéen.

Une ardoise de 220 000 euros ?

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE