Le pape François et le Cardinal Sarah, deux visions de l’Église – JeuneAfrique.com

©

En voyage sur le continent du 4 au 10 septembre, le pape aura-t-il pu s’extraire – ne serait-ce que provisoirement – des luttes intestines qui déchirent le Vatican et des scandales liés à la pédophilie qui ébranlent l’Église catholique ? À voir.

Car l’Afrique compte l’un des prélats – le Guinéen Robert Sarah – dont les opinions tranchées diffèrent le plus de celles du souverain pontife argentin. Au point que les courants catholiques traditionalistes, notamment américains et français, à l’affût d’ecclésiastiques haut placés aux vues proches des leurs, ont fait de lui leur champion.

Robert Sarah, proche des milieux conservateurs

Nommé en 1979 archevêque de Conakry par Jean-Paul II, qui l’a appelé à travailler au sein de la Curie romaine en 2001, ce proche de Benoît XVI – qui l’a créé cardinal –, est devenu ces dernières années un auteur de livres à succès (Dieu ou rien, en 2015, La Force du silence, en 2016, et Le soir approche et déjà le jour baisse, en 2019), tous trois tirés d’entretiens avec le journaliste et éditeur conservateur français Nicolas Diat. Chacun d’eux condamne un catholicisme trop sécularisé dans une Europe en

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE