Afrique du Sud : Mangosuthu Buthelezi abandonne le leadership du parti zoulou – JeuneAfrique.com

Le chef de l’historique parti zoulou Inkhata d’Afrique du Sud, Mangosuthu Buthelezi, a annoncé samedi 24 août qu’il démissionnait après 44 ans à son poste et à près de 91 ans.

Mangosuthu Buthelezi dirigeait le parti nationaliste zoulou Inkatha Freedom (IFP), influent sous le régime d’apartheid et à l’origine des violences les plus marquantes du pays au cours des premières élections multiraciales de 1994.

Mangosuthu Buthelezi a d’abord été membre de l’ANC jusqu’à sa rupture pour créer l’IFP en 1975. Il a dirigé le parti dès ses débuts, un règne marqué par des guerres territoriales sanglantes avec les militants de l’ANC dans les townships à majorité noire pendant les années 1980 et 1990.

« Je ne me présenterai pas à ma propre succession », a-t-il déclaré samedi pendant le congrès de son parti, réuni à Ulundi, dans le nord-est du pays, réuni pour élire un nouveau chef.

« Je passe le relais »

« Mes jours en tant que président de l’IFP sont derrière moi, je passe le relais cet après-midi », a-t-il annoncé aux délégués, évoquant le trajet « long » et « difficile » qu’il avait parcouru.

Ayant occupé les fonctions de Premier ministre du territoire « indépendant » de KwaZulu, une création politique du gouvernement de l’apartheid, Mangosuthu Buthelezi a souvent été considéré comme un allié de ce régime raciste, ce qu’il a toujours nié.

L’IFP est soutenu par les Zoulous, le plus grand groupe ethnique du pays. Le parti, qui avait remporté 43 sièges aux premières élections multiraciales marquant la fin de l’apartheid en 1994, n’a obtenu que 14 sièges aux dernières élections de mai 2019.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE