Inde: Modi a jeté la doctrine de Vajpayee sur le Cachemire: Digvijaya Singh | Bhopal Nouvelles

BHOPAL: Le chef du Congrès, Digvijaya Singh, a contredit mardi la déclaration de l’ancien ministre de l’Union, P Chidambaram, selon laquelle L’article 370 n’aurait pas été retiré si le Cachemire était devenu un État à majorité hindoue.
«Je ne vois pas le Cachemire sous un angle hindou-musulman. Je m'interroge simplement sur la méthode utilisée pour défaire l'article 370 », a déclaré Singh aux journalistes.
“L’ancien Premier ministre Atal Bihari Vajpayee avait déclaré que la voie pour résoudre le problème du Cachemire passait par‘ jambooriat, Kashmiriyat et insaniyat ’( démocratie la culture et l’humanité du Kashmiri). La doctrine d'Atalji a été rejetée par Narendra Modi », a déclaré Singh.
L'ancien ministre en chef a fait valoir que les partis politiques du Jammu-et-Cachemire – Conférence nationale, Parti démocratique du peuple (PDP), Congrès et gauche – avaient été ignorés avant de prendre cette décision cruciale.
«Les dirigeants de quatre des cinq partis principaux ont été emprisonnés et non consultés. Environ 35 000 membres des forces centrales ont été envoyés. La police de la vallée, y compris les plus hautes autorités, des officiers et des agents de police, ont été détachés, désarmés lorsque les forces paramilitaires ont pris en charge les postes de police », a déclaré Singh.
L'ancien ministre en chef a déclaré: «La position du parti du Congrès est que la Constitution a été lésée.”
L'ancien ministre en chef a affirmé que la police civile avait des fonctions différentes de celles des forces paramilitaires.
a déclaré que le BJP avait retiré son soutien du gouvernement de coalition dirigé par le gouvernement du président du PDP.
“La Commission électorale avait déclaré que la situation au Jammu-et-Cachemire était telle que les élections de Lok Sabha et de l'assemblée pouvaient se tenir simultanément, mais cela n'était pas autorisé”, a déclaré Singh.
«Un gouverneur nommé par le président et qui n'est ni résident ni électeur du Jammu-et-Cachemire, a pris la décision, au nom de la population, de retirer les articles 370 et 35A. C'est ce à quoi nous nous opposons », a-t-il ajouté.
«Le Cachemire, y compris la POK, devrait faire partie intégrante de l'Inde. Je prie Dieu que la paix règne au Cachemire et qu'il reste une fraternité de milliers d'années. Il n'y a pas d'autre option que de prier Dieu », a déclaré Singh.

Cet article est apparu en premier (en Anglais) sur THE TIMES OF INDIA