Inde: Les projets verts sont touchés mais 60% de la roupie dans le charbon sont au repos | Inde Nouvelles

NEW DELHI: Plus de 60% du crore de 1 000 roupies recueilli grâce à la taxe sur le charbon reste inutilisé sept ans après l’imposition de la taxe destinée à financer la transition énergétique verte Les projets de transmission pour les prochaines unités d'énergie solaire et éolienne d'une valeur de 40 000 roupies crore peinent à maintenir les tarifs bas en l'absence de soutien au financement de la viabilité.
En 2010-2011, le Centre a imposé un cesser de 50 Rs par tonne sur le charbon national et le charbon importé afin de créer un corpus, le Fonds national pour l'énergie propre (NCEF), destiné à promouvoir les initiatives et la recherche en matière d'énergie propre. Par la suite, le fonds a été élargi au domaine de l’énergie propre.

Le coût a été porté à 400 roupies par tonne. Les données gouvernementales révèlent un total de 86 440 crore de roupies jusqu'en 2017-2018. On estime actuellement que ce chiffre a dépassé 1 000 000 roupies la crore. Face à une collection aussi vaste, cependant, seul un montant de 29 614 millions de roupies a été transféré à la NCEF. Encore une fois, seuls 24 614 millions de roupies sur l’argent transféré au NCEF ont été alloués à divers ministères.
Le ministère des énergies renouvelables a accaparé 69% des allocations. La plupart de ces fonds sont utilisés pour des projets d'énergie renouvelable distribués et interconnectés au réseau. Les ministères de l’énergie, qui ont la lourde responsabilité de protéger l’environnement en tant que grand consommateur de charbon, n’ont aucune allocation. Le fonds NCEF est administré par un groupe interministériel (IMG) présidé par le secrétaire aux finances. À ce jour, le DIM a recommandé 55 projets comportant un financement du déficit de viabilité de 34 811 crores de roupies étalés sur plusieurs années.
Les acteurs de l'industrie attribuent la grande disparité entre les allocations à l'absence d'un processus d'allocation de fonds simplifié. Selon eux, le vaste corpus de fonds inutilisés peut être utilisé pour le financement du déficit de viabilité des lignes de transport liées à des projets d'énergie verte dans des zones difficiles ou isolées. Les fonds peuvent également être utilisés pour soutenir des projets visant à réduire les émissions de soufre dans les centrales électriques au charbon, appelés désulfuration des gaz de la grippe.
La loi de 2017 sur la taxe sur les produits et services (indemnisation des États) a toutefois rendu obligatoire, ainsi que d'autres taxes, une partie du fonds d'indemnisation de la TPS destiné à compenser pendant cinq ans les pertes éventuelles dues au nouveau régime fiscal. Après cinq ans, tout montant restant doit être partagé à 50% entre le Centre et les États.

Cet article est apparu en premier (en Anglais) sur THE TIMES OF INDIA