Le régulateur camerounais des télécoms inflige des amendes de 3,5 milliards de FCFA à Orange, MTN et Nexttel



(Investir au Cameroun) – Le directeur général (DG) de l’Agence de régulation des télécommunications (ART) du Cameroun, Philémon Zo’o Zame (photo), vient de publier un communiqué. Dans ce document, il informe que des amendes d’un montant global de 3,5 milliards de FCFA ont été infligées aux opérateurs MTN Cameroon, Orange Cameroon, et Viettel Cameroun, opérant sous le nom commercial Nexttel. Dans le détail, MTN reçoit une amende de 1 milliard de FCFA ; Orange, 1,5 milliard de FCFA et Viettel, 1 milliard de FCFA.

« Ces sanctions font suite aux manquements récurrents observés dans la mise en œuvre du décret n° 2015/3759/PM du 3 septembre 2015 fixant les modalités d’identification des abonnés et des terminaux notamment la commercialisation des cartes SIM pré-activées, la commercialisation des Cartes SIM dans les rues, la détention par des personnes physiques de plus de trois cartes SIM et l’activation des numéros sans identification préalable », explique le DG de l’ART.

Les opérateurs sont aussi sanctionnés pour n’avoir pas mis en œuvre, comme ils s’y sont engagés à plusieurs reprises et malgré des décisions de mise en demeure, les recommandations issues de l’audit gouvernemental de 2017 en rapport avec la qualité des réseaux de communications électroniques.

Cet audit, réalisé par l’entreprise suédoise Cybercom Group, avait relevé, le 27 octobre 2017, l’insuffisance des investissements par rapport à l’accroissement du nombre des abonnés, des lacunes techniques au niveau du réglage des équipements (non-respect des normes internationales et du paramétrage de certains équipements réseaux), et le dimensionnement non optimisés des réseaux.

L’auditeur suédois avait constaté qu’à Yaoundé la couverture 3G est de 1,6, de 2,1 à Douala et 2,8 dans les autres villes alors que la norme moyenne acceptée sur le plan international est de 3,8. La performance moyenne dans certains pays africains (Guinée Équatoriale, Gabon, Nigeria, Maroc, Égypte) est même de 3,5. Le ministère des postes et Télécommunications avait donné six mois à tous les opérateurs pour corriger les lacunes constatées par l’auditeur.

Sylvain Andzongo

LIRE LA SUITE ICI