Une journée pour se plonger dans le riche écosystème des forêts – Le mémorial de l


Par Aurélie AMIEUX | Publié le 16 mars 2019 à 07h00 | Vu 66 fois


Grâce à la Journée internationale des forêts, les secrets des 33 000 hectares des Chambaran vont se dévoiler au grand public. – © Aurélie Amieux

Écosystème le plus riche de la planète, les forêts représentent un tiers de la surface du globe. Fondamentales à son fonctionnement, elles sont également vitales à la survie de nombreuses populations. À la suite de l’année internationale des forêts en 2011, l’Onu a lancé la Journée internationale des forêts le 21 mars. Depuis, partout dans le monde, des animations, conférences, visites sont organisées. En Sud-Grésivaudan, deux évènements sont proposés pour l’occasion, le 17 mars dans les Chambaran et le 24 mars au sein du domaine viticole des Mayoussier.

Sortir des préjugés et agir pour le développement durable, tels sont les objectifs de cette Journée internationale des forêts, qui, au sein du Sud-Grésivaudan, est pilotée par la Charte forestière des Chambaran. Sur quatre communes, Roybon, Saint-Marcellin, Le Grand-Serre et Saint-Michel-sur-Savasse, les visiteurs pourront découvrir les différents champs d’action de la filière bois. Mélanie Borry, chargée de mission à la Charte forestière des Chambaran, dévoile les ambitions d’une telle manifestation : « Il s’agit ici dans un premier temps de sensibiliser le plus grand nombre aux enjeux économiques, environnementaux et sociaux de la filière bois. C’est l’occasion pour nous également d’apprendre aux visiteurs à partager la forêt avec tous les acteurs de cet espace. »

Sortir des préjugés sur la filière bois

Dans cette optique, la Charte forestière qui regroupe 95 communes reparties sur les 33 000 hectares des Chambaran, organise en collaboration avec divers partenaires comme Fibois 38, l’ONF (Office national des forêts), l’ADCF (Association Drôme des collines forestières), l’ABC (Association pour le développement forestier des Bonnevaux-Chambaran) et le CRPF (Centre régional de la propriété forestière), ce dimanche 17 mars, sa troisième édition de la Journée internationale des forêts. Une manifestation au cours de laquelle les différents animateurs aborderont de manière ludique, les problématiques liées à leur métier ou à la gestion durable de la forêt des Chambaran. Mélanie Borry explique : « La forêt touche de nombreux corps de métiers et donc différents acteurs, qui, ensemble, agissent pour élaborer une gestion globale de celle-ci. Ainsi, lors de cette journée, à Roybon par exemple, des professionnels du bois (bûcherons, élagueurs, scieurs, etc.) feront découvrir leur métier, tout comme le technicien ONF qui présentera la forêt des Chambaran en indiquant aux visiteurs les essences, la faune et la flore qui la peuplent. Mais l’action de cette dernière va bien au-delà des parcelles. Ainsi, entre Saint-Michel-sur-Savasse, Saint-Marcellin, Le Grand-Serre et Roybon, le public pourra assister à des démonstrations de tournage sur bois et de construction de jouets, ou découvrir le métier de menuisier. »

Une gestion écoresponsable des vignes

C’est dans cette démarche de faire découvrir son univers que s’inscrit Sylvianne Giriat, artiste qui fabrique depuis 1992 des jouets en bois : « Depuis sa première édition en 2017, j’ai toujours participé à la Journée internationale des forêts aux côtés de la Charte forestière des Chambaran. Cette initiative est importante, car elle permet aux professionnels de la filière bois d’échanger avec le public pour ainsi faire diminuer le pourcentage des préjugés qui ont la peau dure. De plus, cela me permet de mettre en valeur ma politique environnementale et locale avec une essence et une production exclusivement locale. »

Une problématique environnementale dans laquelle Antoine Depierre, viticulteur du domaine Mayoussier à Auberives-en-Royans, se retrouve quotidiennement. Dans le cadre de cette Journée internationale des forêts, l’Auberivain a décidé d’organiser le dimanche 24 mars, et ce pour la première fois, des animations pour sensibiliser à l’environnement, au sein de sa propriété. Il raconte : « En tant que viticulteur, je suis confronté à une problématique, celle du gel de mes vignes. Pour y remédier, nous avons plusieurs solutions mais peu écologiques comme faire intervenir un hélicoptère, faire brûler des bougies, de la paille ou des conserves de pétrole. Tout cela n’est pas écologiquement responsable et cela nuit à notre biodiversité. J’ai donc réfléchi à un moyen plus propre, et il m’est venu l’idée de restaurer les haies bocagères, détruites jusqu’à présent par la mécanisation de l’agriculture intensive. »

Ne plus se plaindre et agir, tel est le credo d’Antoine Depierre qui une fois son projet défini, s’est mis en quête de partenaires et des essences qui pourraient composer sa haie : « Afin de toucher un plus grand public, tout au long de la journée, j’ai fait appel à diverses associations locales comme Beepy, Aplomb ou la LPO (Ligue de protection des oiseaux, NDLR). Ainsi, en parallèle de la plantation de la haie, les visiteurs pourront construire des nichoirs qu’on installera dans la haie ou sur le domaine, et observer un rucher école. Concernant la haie, nous avons choisi des essences anciennes qui vont recréer un écosystème sur plusieurs niveaux. Nous allons donc planter des chênes, des mûriers, des poiriers, des pruniers, des framboisiers, des néfliers, etc. Tous adaptés à notre sol calcaire et qui vont devenir des refuges pour la faune. »

Si le public répond présent à cette première édition, celle-ci pourrait en appeler de nombreuses autres, car l’objectif d’Antoine Depierre est d’éveiller les consciences et de pousser le public à s’intéresser à l’histoire environnementale du territoire. La mise en place d’un travail avec les scolaires pourrait également voir le jour, comme le suggère l’Auberivain : « Je souhaite vraiment pérenniser cet évènement. Pour cela, il faut rendre l’évènement plus pédagogique avec, par exemple, des fiches pédagogiques afin que les visiteurs s’approprient l’espace. »

C’est donc un riche programme que vous propose les 17 et 24 mars la Charte forestière des Chambaran et le domaine viticole Mayoussier, afin d’agir pour le bien et la défense du poumon de la terre : les forêts.

+ D’infos : dimanche 17 mars, Journée internationale des forêts avec la Charte forestière des Chambaran, de 9 h 30 à 18 h, au Grand-Serre, Roybon, Saint-Marcellin et Saint-Michel-sur-Savasse. Journée gratuite. Programme complet des animations sur actu.charteforestiere-chambaran.fr ou auprès de Mélanie Borry au 04 76 36 30 76.

Dimanche 24 mars, Journée internationale des forêts au domaine Mayoussier à Auberives-en-Royans, de 9 h à 17 h. Renseignements auprès d’Antoine Depierre au 07 89 02 39 48.

Cet article est apparu en premier sur http://www.memorialdelisere.fr/actualite-138649-une-journee-pour-se-plonger-dans-le-riche-ecosysteme-des-forets.html