Shakespeare ce pornographe ?– xnxx

Et si les trente-neuf pièces de Shakespeare (1564-1616) étaient d’abord longs poèmes pornographique tapis dans le théâtre ? Et si Feuilles d’herbe de Walt Whitman (1819-1892) étaient avant tout érotisation générale du monde et réhabilitation du sexe ? Pour en parler le poète Jacques Darras, et le traducteur Jean-Pierre Richard. Une émission enregistrée en public au Salon du livre de Paris. 

Tout, âme et corps, est dans le sexe,   Sens, preuves, puretés, orgueil, mystère maternel, lait séminal,   Espoirs, bénéfactions, legs généreux, foule des passions, amours, splendeurs,        plaisirs de la terre,   Gouvernements, juges, dieux, personnages escortés,   Tout est dans le sexe, fait partie du sexe, justifie le sexe. 

(Walt Whitman, Feuilles d’herbe, Gallimard, Traduction Jacques Darras)

Une heure placée sous le signe du Printemps des poètes qui se tient jusqu’au 25 mars et met la Beauté à son programme. Avec jean-Pierre Richard shakespearien convaincu, à qui l’on doit de nombreuses traductions dont une étroite collaboration à l’édition bilingue des œuvres complètes dans la Bibliothèque de la Pléiade. Shakespearien convaincu, mais à l’esprit le plus mal tourné possible. C’est ce que nous signale son essai “Shakespeare pornographe” qui parait aux éditions Rue d’Ulm. Hypothèse : sous son théâtre se cacherait de façon délibérée et permanente un sous-texte obscène dont il fait  analyse et commentaire en véritable spéléologue. Où l’on apprend donc qu’à bien écouter et bien lire Richard II commencerait par une scène d’éjaculation, qu’ « ear » peut évoquer le derrière, que « voice » peut tout aussi bien vouloir dire pénis, ou s’entendre « vice », que « Holy » a vite fait de s’entendre « hole », que cette pornographie a ses principes, ses matériaux, ses techniques et ses effets et que surgit alors un autre théâtre une autre dramaturgie. Un double fond débusqué dans la traduction des Sonnets de Shakespeare par le poète Jacques Darras, par ailleurs traducteur de Feuilles d’herbe de Walt Whitman, poète du corps, de la parole et de la liberté. 

Falstaff
Falstaff
Crédits : Courtsey of Kean collection

Cet article est apparu en premier sur https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/au-salon-du-livre