Guinée : des filières minières à plusieurs vitesses – JeuneAfrique.com

Route de Malapouya sur laquelle transitent les camions de la Société minière de Boké. © SMB

Si la production de bauxite en Guinée explose grâce à la présence de nouveaux acteurs, celle de l’or stagne, et le gouvernement doit encore débloquer le mégaprojet de fer de Simandou.

C’est une réconciliation à laquelle peu de gens s’attendaient à Conakry. Après une médiation de Nicolas Sarkozy, le président guinéen, Alpha Condé, et Beny Steinmetz ont enterré la hache de guerre, le 21 février, à propos du mégagisement de fer de Simandou. Le patron franco-israélien de Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) a formellement renoncé à ses prétentions sur les blocs 1 et 2 du gisement.

De son côté, Conakry abandonne ses poursuites contre l’entrepreneur, accusé d’avoir versé en 2008 des pots-de-vin à des proches de feu le président Lansana Conté pour obtenir ses licences minières. Cela devrait mettre un terme aux procédures engagées contre Steinmetz en Guinée, mais aussi en Suisse et en Israël.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE