Des scientifiques ont « ravivé » des cellules d’un mammouth laineux éteint depuis plus de 28’000 ans

Il s’agit de Yuka : un ancien mammouth laineux qui a vécu il y a environ 28’000 ans, avant d’être momifié dans les terres gelées du permafrost du nord de la Sibérie.

Mais ce dont le mammouth ne se doutait très certainement pas, c’est que cette tombe glacée, n’était pas la fin de son histoire… Les restes bien conservés du mammouth ont été découverts en 2010, et des scientifiques japonais ont à présent réussi à raviver des traces d’activité biologique chez cette bête éteinte depuis longtemps.

Comment ont-ils réussi ? En implantant les noyaux cellulaires de Yuka dans des ovocytes de souris. « Cela suggère que, malgré les années qui se sont écoulées, l’activité des cellules peut encore se produire et que certaines parties peuvent être recréées », a déclaré Kei Miyamoto, ingénieur en génétique.

mammouth laineux yuka cellules

Photographie des restes d’un mammouth laineux, appelé Yuka. Crédits : Nature/Scientific Reports

Dans le cadre de leur expérience, les chercheurs ont extrait la moelle osseuse et le tissu musculaire des restes de Yuka, et ont inséré les structures de type noyau les moins endommagées qu’ils ont pu récupérer, dans des ovocytes (cellules germiales) de souris vivantes, en laboratoire. Au total, les chercheurs ont réussi à collecter 88 structures de ces noyaux, recueillies dans quelque 273.5 milligrammes de tissu de mammouth.

Une fois que certains de ces noyaux ont été injectés dans les cellules, un certain nombre de cellules modifiées ont présenté des signes d’activité cellulaire, précédant la division cellulaire. « Dans les ovocytes reconstruits, les noyaux de mammouth ont montré l’assemblage du fuseau, l’incorporation d’histones et la formation nucléaire partielle. Cependant, l’activation complète des noyaux pour le clivage, n’a pas été confirmée », expliquent les auteurs de l’étude.

mammouth cellules revivre raviver

Des protéines teintées en rouge et en vert, autour du noyau d’une cellule de mammouth (en haut à droite), dans un ovocyte de souris. Crédits : Université de Kindai

En dépit de la faiblesse de cette activité biologique limitée, le fait qu’une activité tout court ait pu être observée est absolument remarquable et suggère que « les noyaux cellulaires sont maintenus, du moins partiellement, même sur une période de plus de 28’000 ans », indiquent les chercheurs.

Considérant cet accomplissement comme une « étape importante dans le ‘retour des mammouths de parmi les morts’ », Miyamoto reconnaît que le chemin à parcourir est encore très long avant que le monde ne puisse s’attendre à une résurrection de cette espèce disparue. « Une fois que nous réussirons à obtenir des noyaux cellulaires maintenus en meilleur état, nous pourrons espérer faire progresser les recherches jusqu’au stade de la division cellulaire », a ajouté Miyamoto.

Selon les chercheurs, des échantillons moins endommagés pourraient éventuellement induire d’autres fonctions nucléaires, telles que la réplication et la transcription de l’ADN.

Vous aimerez également : Les plus anciennes peintures figuratives connues ont été découvertes dans une caverne à Bornéo

Un autre élément vital pour pouvoir progresser dans ce domaine, est une amélioration de la technologie. En effet, en 2009 déjà, des membres de la même équipe de recherche avaient effectué des travaux similaires, mais sans grands résultats. Chose que les scientifiques ont partiellement imputé aux « limitations technologiques de l’époque », ainsi qu’à l’état des tissus congelés de mammouth alors utilisés.

De ce fait, les chercheurs pensent que leurs nouvelles recherches pourraient fournir une nouvelle « plate-forme permettant d’évaluer les activités biologiques des noyaux d’espèces animales disparues ». Une progression graduelle qui pourrait peut-être mener un jour, à la résurrection des mammouths sur la planète Terre.

Source : Scientific Reports

Cet article est apparu en premier sur https://trustmyscience.com/des-scientifiques-ravivent-les-cellules-mammouth-de-28000-ans/