[Tribune] Tunisie : Personne n’a le monopole de la patrie – JeuneAfrique.com

Par

Frida Dahmani est correspondante en Tunisie de Jeune Afrique.

Au lancement du nouveau parti Tahya Tounes (Vive la Tunisie), le 27 janvier à Monastir, avec notamment Slim Azzabi au pupitre. © Nicolas Fauqué pour JA

En ces temps de pénurie en Tunisie, il est un domaine qui ne connaît pas la crise : la création partisane dans la perspective des législatives et de la présidentielle de la fin d’année.

Avec le lancement, le 27 janvier, de Tahya Tounes (« vive la Tunisie »), nom de la nouvelle formation qui soutient le chef du gouvernement, Youssef Chahed, le pays compte officiellement 218 partis.

Derrière le nouveau label, on retrouve des transfuges de diverses formations dites modernistes, qui ont effectué un tour de chauffe sur les bancs de l’Assemblée au sein du bloc de la Coalition nationale.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE